Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Belle fête de la Lumière

1 février 2016

"Ces murmures de joie vont allumer des lumières de joie autour de nous partout dans le monde. A partir d’ici, faisons grandir le mouvement jusqu’à atteindre un monde où il n’y aura plus ni personnes avec un handicap ni personnes sans handicap, mais seulement des personnes qui croient en l’amour, des personnes qui croient que ce monde peut devenir un jardin de paix et d’amour."

Quand Syméon rejoint Marie et Joseph dans le temple de Jérusalem, c’est pour dire des choses très différentes de ce que Gabriel avait annoncé à Marie ! Son message est très déconcertant ! Avant de dire à Marie que son âme allait être traversée d’un glaive (cf. Lc 2,35), il lui dit que son fils serait signe de contradiction (Lc 2, 34). Cela n’a pas dû être très agréable à entendre, mais nous savons que Jésus n’a pas toujours été bien accueilli et que, très souvent, on a cherché à lui lancer des pierres ! Nous aussi, nous sommes appelés à être signes de contradiction, mais nous cherchons à l’éviter, c’est tellement plus agréable de dire et d’annoncer que notre communauté est bien accueillie dans la paroisse, de rester dans notre confort où nous nous sentons si bien… N’oublions pas que nous sommes chargés de changer le monde, un cœur à la fois peut-être, mais de changer le monde ! Voici ce que disait Jean Vanier aux pèlerins de Lourdes en 1971 : Ces murmures de joie vont allumer des lumières de joie autour de nous partout dans le monde. A partir d’ici, faisons grandir le mouvement jusqu’à atteindre un monde où il n’y aura plus ni personnes avec un handicap ni personnes sans handicap, mais seulement des personnes qui croient en l’amour, des personnes qui croient que ce monde peut devenir un jardin de paix et d’amour.

Nous en sommes encore loin… et nous serons encore longtemps signes de contradiction quand nous dirons combien les personnes ayant un handicap mental sont des prophètes, des guides qui nous conduisent vers Dieu ; elles nous font découvrir en elles le visage et la présence de Jésus. Pour annoncer cela, il nous faut ramer à contre-courant, aller à l’inverse des idées reçues qui nous disent que la vie d’une personne ayant un handicap ne vaut pas la peine d’être vécue, qu’elles ne peuvent pas avoir accès à la table de l’Eucharistie…

La fête de la lumière est un moment privilégié dans l’année où nous nous rappelons cette grande mission qui est la nôtre, où nous rassemblons nos forces dans une grande communion, pour repartir et proclamer la Parole, intervenir à temps et à contretemps, dénoncer le mal, faire des reproches, encourager, toujours avec patience et souci d’instruire (2Ti 4, 2).

Remettons bien de l’huile dans nos lampes pour continuer à porter la lumière et ne pas avoir peur d’être des signes de contradiction. Bonne fête de la lumière à tous !

Ghislain du Chéné
Coordinateur international

 

 

 

 

<< Go back to list