Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 

subscribe to the newsletter subscribe to the newsletter

 
Document Actions

Il s'appellait Serge Maroun

10 février 2017

Hommage d'Hubert Saillet à l'aumônier de sa communauté Foi et Lumière, décédé brutalement.

Dans le Liban en guerre de son enfance, Serge Maroun avait rencontré Jésus dans le cœur des plus faibles, au sein de sa communauté de Foi et Lumière. Arrivé en France à 20 ans pour être assistant à l’Arche, il a pu approfondir son intuition, cette vérité fondamentale, qui est dans la prière de l'Arche, et qui touche le cœur de ceux qui savent la découvrir auprès de nos frères et sœurs fragiles, comme Jean Vanier, comme sainte Thérèse de Calcutta, comme sœur Emmanuelle, comme Christian et Marie-France des Pallières : l'humble présence de Jésus vivant dans la compagnie des petits et des pauvres de ce monde, quelle que soit la détresse, quelle que soit la misère, quel que soit le handicap. 

Là, il a su qu’il voulait être prêtre. Et il est devenu prêtre. Un prêtre construit sur le roc, sur la pierre angulaire qu’ont rejetée les bâtisseurs. Un prêtre qui disait : "Je suis né pour vivre au milieu des pauvres." Un prêtre pétri de miséricorde, joyeux, simple, blagueur, ouvert, connecté, généreux. Sa générosité lui jouait parfois des tours comme lorsqu’il avait invité une femme sans domicile fixe à dormir au presbytère un soir de très grand froid. Le lendemain, alors qu’elle fumait devant la porte ouverte du presbytère, elle répondait aux paroissiens étonnés : "J’ai dormi là, avec le Père Serge."

Il était notre prêtre, celui de notre communauté Foi et Lumière. Lorsqu'il arrivait, des étoiles s'allumaient dans les yeux des jeunes de la communauté. Assis sur le tapis avec Pierre, Elodie et Marie Océane, qu’il appelait "ma princesse", et tous les autres qui venaient les entourer, il savait parler simplement au cœur de chacun.

Evidemment, on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau. Il a pris de plus en plus de responsabilités dans le diocèse, et il était de moins en moins disponible.

Mais sa proximité avec les jeunes de Foi et Lumière n’était pas une activité parmi d’autres. Il venait se ressourcer, y puiser sa force, sa joie, son amour qu'il rediffusait immédiatement tout autour de lui, à l'Arche, auprès des personnes ayant un handicap, auprès de leurs parents et amis, auprès des migrants, des pauvres, auprès des jeunes de l’aumônerie ou des scouts et bien sûr auprès de ses paroissiens.

Le Père Serge a été terrassé le 19 janvier par une crise cardiaque à 48 ans. Il nous laisse un vide immense… et un chemin à suivre. Lui qui était aussi prêtre accompagnateur des séminaristes du diocèse, j’espère qu’il va œuvrer désormais pour que, dans la formation des séminaristes, soit inséré un passage obligatoire dans la compagnie des pauvres et des petits de ce monde, afin que les futurs prêtres puissent bénéficier de la même expérience fondatrice que celle qui a guidé sa vie et transformé la nôtre.    

Hubert Saillet, ombresetlumière.fr - 6 février 2017
Hubert Saillet est père de cinq enfants, dont Marie-Océane, qui est polyhandicapée. Il est responsable, avec son épouse, d’une communauté Foi et lumière à Compiègne (Oise).

 

 

 

<< Go back to list