Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Des communautés avec des jeunes enfants

Pour bien des parents de jeunes enfants ayant un handicap mental, il est difficile de se projeter dans l’avenir et de se retrouver en communauté avec des personnes handicapées adultes. Ils ont seulement la force de vivre avec leur petit enfant, au jour le jour. C’est ainsi que des communautés de jeunes enfants se sont créées.

famille paing.jpgLes familles souvent au complet : père, mère, frères et sœurs se rencontrent et nouent des liens avec d’autres familles dans la même situation. Les adolescents se lient aux enfants et découvrent une vraie confiance et espérance en la vie. Les parents et les amis tissent entre eux des liens nouveaux, créent une nouvelle famille élargie et trouvent mille occasions de se rendre service, de partager leur expérience, d’échanger des conseils, de se retrouver un après-midi, un week-end, pour un camp de vacances…

  •  Pour démarrer une communauté
     

Témoignage de jeunes parents “ Et si ça nous arrivait ? ”

 
L’un et l’autre, nous allions à Lourdes depuis quelques années. C’est là que nous nous sommes rencontrés. En 1981, Foi et Lumière demandait des " bonnes volontés " pour le pèlerinage international. Nous avons tous les deux accepté, choisissant ce moment-là pour nous fiancer. Pendant le pèlerinage, j’étais responsable de la garderie et j’ai dit à Jean-Luc : " Tu te rends compte, si un jour ça nous arrivait, mais qu’est-ce qu’on deviendrait ? "

Quelques années après, Laetitia, notre quatrième enfant, est née, trisomique. Pendant six mois je n’ai fait qu’une chose : pleurer. Même notre amour n’avait pas les mots pour nous permettre de partager notre souffrance. Les années ont passé, dures, malgré l’appui de la famille et des amis, avec les graves problèmes de santé de Laetitia. Puis, je me suis souvenue de Foi et Lumière, mais faire partie d’une communauté avec des adultes ayant un handicap était pour nous inconcevable. Nous acceptions peu à peu la trisomie de Laetitia petite fille, mais l’envisager adulte était insupportable.

hervé et anne cuche.jpgIl y a deux ans, quelques parents dans la même situation et des amis se sont retrouvés pour réfléchir sur l’éventuelle création d’une petite communauté de jeunes enfants. Nous cherchions tous un lieu où échanger sur notre vie avec nos enfants, un lieu où nous pourrions parler d'eux dans leur totalité et non seulement de leurs oreilles ou de leur Q.I. Nous cherchions un lieu où l’on pourrait dire dans la confiance et l’amitié toutes nos difficultés et nos refus, mais aussi un lieu où nous pourrions grandir les uns par les autres, les uns avec les autres en partageant notre espérance. Un lieu de foi où chacun se sentirait accompagné par Celui à qui tout est possible quand, pour nous, tout est impossible.

J’ai foncé ! Aujourd’hui, ce lieu existe. Depuis deux ans, nous nous retrouvons régulièrement dans la paroisse de notre jeune aumônier. Avec les temps profonds de partage et de prière, le temps de la fête est la joyeuse “ pagaille ” des enfants de Dieu !

Il existe encore trop peu de communautés de jeunes enfants à travers le monde. De nombreux jeunes parents, soumis à toutes les pressions environnantes, souvent dans un grand isolement, attendent de trouver un lieu comme celui-ci. Alors, allez-y : “ Ouvrez toutes grandes les portes au Christ ” !

Annick (France)